Accueil / Maladies / Cloque du pêcher

La cloque du pêcher Taphrina deformans

Champignon largement répandu, la cloque du pêcher présente des symptômes très reconnaissables notamment sur feuilles: le limbe déformé s'enroule en spirale, les feuilles se dessèchent, noircissent et tombent.

Ordre : Taphrinales

Famille : Taphrinaceae

Statut réglementaire : aucun

Fiche technique

Plantes hôtes :

Taphrina deformans s'attaque au différentes variétés de pêchers, rarement signalée sur amandiers.

Biologie :

Le champignon passe l'hiver à l'état d'ascospores, de spores libres dans les anfractuosités des rameaux ou au niveau des écailles des bourgeons. Au printemps au moment du débourrement, les pluies et le vent entraînent les spores dans des bourgeons à bois. Les filaments germinatifs des spores (la germination des spores débute à 10°C) traversent la cuticule des jeunes feuilles et pénètrent dans les tissus du parenchyme. Le développement des tissus mycéliens engendre une désorganisation cellulaire, une altération de la chlorophylle et un faible développement de la cuticule.

Au niveau de la face supérieure des zones cloquées, sous l'épiderme, se développent un certains nombres d'articles qui percent la cuticule et forment des asques. Ces asques donneront 8 ascospores. Ces ascospores se répandent sur la surface de la feuille et produisent un grand nombre de spores levures qui forment une pruine blanche visible à l'œil nu. Ces spores levures, avec les ascospores permettent au champignon de passer l'hiver.

Les hivers doux et humides favorisent la conservation des spores et un printemps humide et froid prolonge la réceptivité de l'arbre à la maladie. En été, la hausse des températures et la sécheresse stoppent le développement de la maladie.

Symptômes et dégâts :

A) Sur feuilles

Au printemps, le limbe de la feuille déformé se crispe fortement (enroulement en spirale), s épaissit et devient cassant. Il prend alors une teinte variant du blanc jaunâtre au rose-rouge. Les feuilles fortement crispées ne grandissent plus, elle se dessèchent, noircissent et restent un moment sur l'arbre avant de tomber. Dans ce cas le rameau est aussi atteint. Pour des attaques plus tardives, seule une partie du limbe est atteinte et prend une couleur rougeâtre. D'années en années, la perte répétée des feuilles fragilise l'arbre qui peut mourir après quelques années.

B) Sur rameaux

Les jeunes pousses s'épaississent, se courbent. Leur croissance est très réduite. On observe ainsi des bouquets de feuilles totalement cloquées. Le rameau est inégalement épaissi et présente des crêtes plus ou moins colorées en jaune ou en pourpre. Si l'infestation débute au niveau du bourgeon, la croissance du rameau est pratiquement nulle et les entre-nœuds restent courts.

C) Sur fleurs et fruits

Les symptômes sur fleurs et fruits sont très exceptionnels. Les fleurs atteintes avortent et les fruits prennent un aspect verruqueux, décoloré, boursouflé avec une croissance ralentie.

Moyens de lutte

A) Lutte Chimique

Les traitements effectués à la fin du printemps, après l'ouverture des bourgeons, ou pendant l'été, sont inefficaces. Seuls les traitements d'hiver ont une efficacité.

Un traitement doit être fait à la chute des feuilles. Les traitements qui suivent doivent être positionnés avant et juste au début de l'ouverture des bourgeons. Pour connaître la liste des produits homologués se référer au site: http://e-phy.agriculture.gouv.fr

B) Les mesures prophylactiques

Lors de fortes attaques, éliminer les bouquets de feuilles cloquées avant la production de spores levures, les rameaux atteints. A l'automne ramasser les feuilles malades, enlever les fruits momifiés et les brûler.

En rapport avec la Cloque du Pêcher