Accueil / Maladies / Phytoplasme de la flavescence dorée de la vigne

Le phytoplasme de la flavescence dorée de la vigne

La flavescence dorée de la vigne est apparue en Corse vers les années 1960-1965, période correspondant à une importation massive de bois et plants de vigne du continent. Les premiers foyers sont apparus en Casinca et marana au Nord de la côte orientale. L'extension de la maladie dans certaines microrégions de Corse est ensuite probablement liée à l'échange du matériel "virosé".

Aujourd'hui, la maladie est maitrisée sur le vignoble corse mais une surveillance annuelle s'impose afin d'éviter le retour à une situation épidémique.

Classe : Bacteria : Mollicutes

Ordre : Mycoplasmatales

Statut réglementaire : organisme quarantaine et de lutte obligatoire

Symptômes de flavescence dorée sur cépage "Nielluccio" (Photo FREDON Corse).

Fiche technique

Répartition géographique

Cette maladie est présente en France et dans le nord de l'Italie.

Plantes hôtes

Cette maladie se rencontre sur Vitis vinifera mais aussi Vitis riparia.

Morphologie

La flavescence dorée est une jaunisse de la vigne causée par un phytoplasme (bactérie sans paroi).

Biologie

Le phytoplasme se localise dans le phloème des vignes infectées mais peut se disséminer dans l'ensemble de la plante. Le phytoplasme se conserve dans la plante d'une année sur l'autre en passant l'hiver dans le phloème (y compris dans les racines).

Son cycle biologique se déroule dans le cep et le corps de l'insecte vecteur. La dissémination de cette maladie est assurée par la cicadelle de la flavescence dorée, Scaphoideus titanus. Cet insecte récupère le phytoplasme lors d'une prise alimentaire sur un cep infecté. Après un mois d'incubation environ, le phytoplasme s'est installé et multiplié abondamment dans les glandes salivaires de l'insecte qui devient infectieux pour le reste de sa vie. Durant l'été, les individus infectieux inoculent la maladie à des plants sains. Bien que pouvant transmettre la maladie durant toute sa vie, l'insecte infectieux ne la transmet cependant pas à sa descendance et meurt en automne.

Symptômes et dégâts 

L'année suivante, les plants sains qui ont été contaminés présentent les symptômes de la maladie.

A) sur les sarments

Sur les cultivars sensibles, tout ou partie des sarments montrent un retard de croissance, sont minces et caoutchouteux donnant au cep un port tombant. Les sarments deviennent ensuite cassant et de petites pustules noires se développent sur leur longueur. Les bourgeons peuvent se nécroser.

Sur les cultivars plus résistants, certains entre-nœuds ne présentent pas de retard de croissance.

B) sur les feuilles

Les feuilles infestées sont rigides, anormalement colorées et leurs bords s'enroulent vers la face inférieure. Pour les cépages blancs, les feuilles présentent une décoloration jaune. Plus tard de petits points jaunes apparaissent le long des nervures principales. Ces petits points s'élargissent et fusionnent pour former des bandes jaunes qui s'étendent progressivement sur la surface de la feuille. Elles produisent alors des zones délimitées par les principales nervures. Le centre des tâches devient sec. Pour les cépages rouges les phénomènes sont identiques mais avec une coloration rouge.

C) sur les fleurs

Pour les ceps infectés tôt dans la saison, les fleurs se dessèchent et tombent. Si les vignes sont infectées tard, les grappes de raisin deviennent brunes et ratatinées, les tiges se dessèchent et les raisins tombent facilement.

Les conséquences du développement de cette maladie sur un cep sont graves puisqu'on a dans un premier temps une perte totale de production sur les rameaux exprimant les symptômes puis les années suivantes les symptômes s'étendent à l'ensemble du cep jusqu'à entraîner son dépérissement.

Moyens de lutte

Tout pied atteint doit être systématiquement signalé auprès du Service Régionale de la Protection des Végétaux ou à la FREDON.

Tous les ceps atteints par la maladie de la flavescence dorée représentent des foyers infectieux. Ils doivent être systématiquement arrachés. Pour chaque département, selon les arrêtés préfectoraux, si la contamination atteint de 20 ou 30 % de la parcelle, c'est toute ou partie de la parcelle qui devra être arrachée.

Lorsque la maladie est déclarée sur une souche, il est impossible de la traiter directement. La seule solution est l'arrachage des souches atteintes et le traitement insecticide pour lutter contre la cicadelle de la flavescence vecteur de la maladie.

Cette lutte insecticide est obligatoire sur tout le territoire français sur les vignes mères de porte-greffes et de greffons, ainsi que dans les pépinières viticoles et dans les communes contenant des vignobles contaminés par la maladie. La liste des produits homologués pour lutter contre la cicadelle se trouve sur le site: http://e-phy.agriculture.gouv.fr.

En rapport avec le phytoplasme de la flavescence dorée de la vigne:

Cultures associées

  • La vigne

    Une des principales productions agricoles en Corse.

Actions associées