Accueil / Ravageurs / Bombyx disparate

Le Bombyx disparate Lymantria dispar

Ce papillon, issu du Japon, s'est propagé dans tout l'Hémisphère Nord et se rencontre aujourd'hui essentiellement dans le sud et l'est de l'Europe et dans le nord américain.

En période de pullulation, les arbres peuvent être entièrement défoliés formant de grandes surfaces d'arbres nus. Les chenilles tapissent alors arbres et sols par milliers d'individus.

Le Bombyx disparate est ainsi considéré comme l'un des ravageurs forestiers les plus importants.

Ordre : lépidoptère hétérocère - Famille : Lymantriidae

Photo Forestry Images.

Fiche technique

Plantes hôtes

Plusieurs centaines d'espèces végétales: feuillus forestiers (en priortié les chênes), fruitiers (pruniers, pommiers...), arbres d'ornement mais aussi conifères.

Morphologie :

A) Les adultes

Les papillons présentent un très grand dimorphisme sexuel d'où le nom de cette espèce. Les mâles, bruns et minces, possèdent des antennes bipectinées et mesurent environ 40mm. Ce sont de très bons voiliers avec un vol en « zig-zag » caractéristique. A l'inverse, les femelles sont blanches, mesurent 55-60mm et possèdent un très gros abdomen qui les empêche de voler (sauf dans les populations de type "asiatique").

B) Les chenilles

Les chenilles sont très velues et portent des taches de couleur : une étoile couleur crème, des verrues bleues et d'autres rouges le tout sur un fond beige marbré de taches foncées variables mais symétriques.

C) Les oeufs

Les œufs sont regroupés en plaques ovales claires, crème à ocre, de quelques centimètres présentes sur les troncs ou cachées. Ils sont recouverts d'un feutrage constitué de poils abdominaux de la femelle.

  • PHOTO PAPILLON BOMBYXAdulte (Ph Forestry I.)
  • Pontes (Ph. Forestry I.)
  • Photo chenille âgéeChenille (Ph. Forestry I.)
  • Photos chênes défoliésChênes défoliés (Photo J. Balajas)

Biologie

De mars à mai, selon les régions, les œufs éclosent. Les jeunes chenilles L1 se dirigent vers le houppier pour consommer les bourgeons en débourrement et le feuillage. Lorsque les densités de L1 sur une zone sont élevées, celles-ci se laissent tomber de l'arbre au bout d'un fil de soie et sont emportées par le vent. Pendant 2-3 mois les chenilles vont se développer et passer par 5 (mâles) ou 6 (femelles) stades larvaires. A la suite de quoi les larves se nymphosent. Les chrysalides, brun-roux et à peu près glabres, sont accrochées aux aspérités du tronc par un filet de soie brune assez lâche.

Les adultes émergent environ 2-3 semaines après (courant juillet-août). Les femelles ne se déplaçant pas beaucoup, elles attirent les mâles à l'aide de puissantes phéromones sexuelles. L'accouplement débute très peu de temps après l'émergence et la ponte dans les heures qui suivent. Une femelle bien nourrie à l'état de chenille pond 500-600 œufs qu'elle dépose en une masse unique sur le tronc, les branches maîtresses, au sol sur des pierres et même occasionnellement sur d'autres supports divers près des habitations. Les jeunes chenilles à la fin de leur développement embryonnaire restent dans l'œuf et rentrent en diapause jusqu'au printemps suivant.

Le Bombyx disparate ne compte qu'une seule génération par an. Les populations sont sujettes à des pullulations cycliques tous les 6 à 12 ans.

Symptômes et dégâts :

La victime principale des chenilles est le chêne. Ces chenilles, extrêmement voraces peuvent consommer tout le feuillage des zones attaquées. Mais, du fait des cycles de pullulation, les dégâts causés aux arbres varient dans le temps.

La première phase du cycle est une pro-gradation qui dure 2-3 ans durant laquelle les densités de chenilles augmentent et la zone d'infestation s'accroît avec une accentuation des défoliations. A la fin de la gradation les densités de populations deviennent supérieures aux capacités du milieu à assurer le développement complet de chaque individu. C'est alors la phase de culmination (1-2ans) au cours de laquelle la défoliation des arbres peut être totale. Une part des chenilles est emportée par le vent et colonise de nouvelles zones. Cette seconde phase se termine par une famine générale qui entraîne la mort d'un très grand nombre de chenilles associée à la prolifération des parasitoïdes, des prédateurs et des épidémies dues au virus de la polyhédrose nucléaire. Sur un an environ on assiste à un effondrement des populations ou phase de retro-gradation. Les dégâts engendrés et les surfaces touchées se réduisent fortement. S'en suit une période de latence au cours de laquelle les populations et les dégâts causés sont au début presque indétectables puis augmentent progressivement.

photo avion traitement des chênes

Moyens de lutte

Photo J. Balajas

Le facteur déclenchant des gradations reste inconnu. Il est donc difficile de prévoir la venue du phénomène, sauf à mettre en place un réseau de surveillance des niveaux de population du Bombyx disparate.

Lors de pullulations, des traitements sont essentiellement réalisés sur les zones forestières limitrophes des zones habitées et dans les parcs et espaces verts. Ces traitements sont surtout à base de Bt pour tuer un maximum de chenilles de premier stade.

Pour les particuliers, il est possible de détruire les pontes de l'année. Les amas seront détachés en grattant les troncs des arbres, puis brûlés. Ceci n'est bien entendu envisageable que sur de petites surfaces et ne protègera pas la propriété d'éventuelles migrations de chenilles en provenance de forêts voisines.

En rapport avec le Bombyx disparate

Cultures associées