Accueil / Ravageurs / Tordeuse orientale du pêcher

La tordeuse orientale du pêcher Cydia/Laspeyresia/Grapholitha molesta

Originaire semble-t-il d'Extrême-Orient, on la trouve aux Etats-Unis, France, Suisse, ...

Ses dégâts se porent aussi bien sur les jeuns pousses que sur les fruits.

Ordre : lepidoptera - Famille : tortricidae

Statut réglementaire : aucun.

Fiche technique

Plantes hôtes :

Cydia molesta s'attaque aux pêchers, abricotiers, pruniers, poiriers, pommiers et cognassiers.

Morphologie :

A) Les adultes

Les adultes mesurent de 12 à 16mm d'envergure. Les ailes antérieures sont gris foncé à noir avec de petites taches en forme de virgule plus claires disposées tranversalement dans la région moyenne. Le bord externe est finement frangé. Les ailes postérieures sont légèrement plus claires avec une frange pale.

Les pattes et l'abdomen sont argentés.

B) Les larves

Les larves mesurent 13 mm de long, d'abord blanches dans les premiers stades elles deviennent roses au dernier stade. On compte cinq stades larvaires. La tête et la plaque thoracique sont brunes et brillantes.

C) Les oeufs

Ils sont elliptiques et mesurent 1mm de long. D'abord blancs au moment de la ponte, il deviennent jaunâtres quelques jours après.

Biologie :

Cydia molesta passe l'hiver sous forme de chenilles diapausantes dans des cocons au niveau des fissures du tronc, sur le sol ou dans des emballages. La nymphose a lieu au printemps. Les papillons de la première génération apparaissent de fin mars à mi-juin. Les individus ne se déplacent qu'à la tombée de la nuit et l'accouplement a lieu peu de temps après l'éclosion.

Les œufs sont pondus à la face inférieure des feuilles situées à l'extrémité des pousses ou à côté des fruits. La ponte n'a lieu que lorsque la température crépusculaire est supérieure à 16°C avec un optimum à 24-29°C. L'incubation des œufs durent environ 8 jours à 15-16°C et 4,5 jours à 20-21°C.

Les chenilles pénètrent rapidement dans les pousses (jusqu'à ce que les tissus se lignifient) ou dans les fruits. Le développement larvaire dure 3 à 4 semaines au printemps et en automne et 12 à 15 jours en été. Les chenilles quittent ensuite la pousse ou le fruit et vont se nymphoser sous un abri quelconque.

Selon le climat, 3 à 5 générations se chevauchent jusqu'à la fin octobre. La troisième génération s'attaque surtout aux pêches.

Symptômes et dégâts :

A) Sur pousses

Les chenilles forent des galeries dans les jeunes pousses. Leur extrémité se replie en crosse et les pousses se dessèchent avec une exsudation de gomme.

B) Sur fruits

Le chenille pénètre près du pédoncule ou au niveau du point de contact avec une feuille ou un autre fruit. Souvent apparaît une exsudation gommeuse au niveau du point de pénétration. Les blessures permettent l'infection par des champignons pathogènes.

C) Au niveau de l'écusson de greffage

En pépinières, les chenilles peuvent s'installer sous l'écusson de greffage et entraîner son flétrissement.

Moyens de lutte

A) Lutte chimique

La lutte chimique s'appuie sur un piégeage des mâles et l'évaluation des dégâts afin de positionner au mieux les traitements.

Les traitements sur le premier vol se feront 8 jours après l'intensification du vol puis à une cadence de 10-15 jours selon la température et jusqu'à 8-10 jours après la fin du vol.

Pour obtenir la liste des produits homolgués, consultez la rubrique "usage" du site http://e-phy.agriculture.gouv.fr/.

B) La confusion sexuelle

Le principe est de disposer dans les vergers des diffuseurs de phéromone, avant les premiers vols, qui empêcheront l'accouplement des papillons.

Cette technique s'avère efficace sur une surface minimale de 1 ha et pour des pressions peu importantes. Elle doit prendre en compte l'environnement du verger (notamment la présence de vergers voisins fortement infestés ou comportant des espèces à risque telles que poirier, cognassier, noyer) car les femelles fécondées à l'extérieur de la parcelle peuvent venir pondre dans la parcelle. Cette méthode nécessite un contrôle régulier des parcelles.

En lien avec votre recherche